Association de Praticiens

de la méthode McKenzie

APMK-clinique du 6 mars 2013

à Rochefort sur mer (17): 

 

 

Examen et suivi des cas cliniques:

Annie B.

Résumé :

Après 3 séances sans amélioration notoire, une infiltration fin janvier procure une diminution très nette des douleurs pendant 10 jrs, puis elles réapparaissent. Ttt anti-inflammatoire et antalgique : mieux.

A la reprise du ttt MDT :

DFA dans toutes les directions,

à la répétition des mouvements : P/PE ou P/E quelques minutes.

DPM pendant certains mouvements : Yocum, RInt, Elévation.

 

Est-on devant un syndrome inflammatoire ou mécanique ?

Il est décidé de tester l’épaule dans tous les plans, en fin d’amplitude, mais avant tout, d’éliminer un problème cervical.

Aujourd’hui :

Dl Tpze Dt, moignon et parfois le bras Dt

Empirée par la conduite, l’ordinateur, la lecture, la RI et l’extension de l’épaule,

Mieux la nuit, le bras tendu, l’après-midi.

Assise : douleur épaule 3/10

Correction posturale : SE

Posture: tête en avant.

Tests :

Cervicaux:

Perte de mouvement du rachis cervical

Pro : OK                            IncD : limitée dl=3/10

Flex: OK                            IncG : OK

Rét : lim+, DFA Tpze 2/10   Rot D :DFA cou 2/10

Ext : OK                            Rot G :OK

 

Marqueurs épaule :

Flexion peu limitée DFA

Extension limitée

ABD limitée (160°) DPM à 110°

RI : main à L5

RE 45°

Yocum-test douloureux.

 

Certaines réponses à l'interrogatoire et aux tests mécaniques cervicaux (positions qui aggravent, assise, voiture, ordinateur, les réponses en rétraction et Rot D) laissent penser qu'il faut d'abord aller voir en cervical.

Mouvements répétés :

Ret.x10 : mieux Rot D et IncD, épaule 2/10

Feu vert on continue pour confirmer

Ret.x10 : IncD moins limitée, Rot D mieux

Ret.x10 : ampl. ++, IncD : dl=0, épaule 2/10

 

Marqueurs épaule:

Flexion M

Extension M

ABD nettement mieux

RI : main à L3

RE 50°

Yocum-test moins douloureux.

Plan de traitement :

Poursuite du traitement cervical, pour l'instant en  rétraction (que la patiente à du mal à exécuter).

Conseil de séries au quotidien, en fin d'amplitude, toutes les 2h, 6/jr.

Correction posturale de la position assise.

 

Suivi :

Le travail cervical s'est effectué dans le plan sagittal dans un premier temps, et ensuite en latéral en progression.
Au final on obtient une disparition des douleurs au repos, une amplitude de flexion/extension complète et indolore, mais persistance de pertes d'amplitudes en RE et RI avec des DFA.
On note surtout une reprise des douleurs intenses (particulièrement la nuit), lorsqu’elle sollicite son épaule dans la journée (port de charge, etc…). Si elle ne fait rien tout va bien. Si elle bouge trop l’épaule, les douleurs reviennent.
La patiente doit revoir le rhumato pour éventuellement une seconde infiltration

 

 


Gabriel T.

Résumé :

Suite au bilan ci-dessus, et à la 1ère séance, le patient a fait chez lui des séries de RotD avec surpressions du patient: SE

2ème séance : IncD : SE

3ème séance : IncD et Rot D en décharge.

La rétraction qui suit ces postures ou mouvements répétés entraine immédiatement une douleur cervicale et une périphérisation.

Aujourd’hui :

Douleurs cou, Tpze Dt et paresthésies face dorsale 2° et 3° doigts main D

Tests :

Pro. : OK                                    IncD : OK

Flex : OK                                    IncG : OK

Rét. : très limitée Dl +++             Rot D: OK

Ext. : limitée, paresthésies +        Rot G: OK

Tout va bien dans les plans frontal et horizontal.

La rétraction reste extrêmement limitée et douloureuse.

Mouvements répétés :

Les répétitions de IncD et RotD sont SE.

On passe en décharge.

Appui à plat impossible : périphérise doigts / PE

On pose un coussin triangulaire sous la tête : aboli

Rétraction en décharge : périphérise doigts

Traction cervicale du thérapeute sur coussin : P dl épaule, pas de fourmis.

Dès que l’on diminue la hauteur du coussin : fourmis ++

 

Mvts répétés en IncD sur coussin :

x10 : douleur épaule , 0 fourmis : centralise / PM

 Rep IncD x10 avec surpression du patient (main G) : PM

Si on retire le cousin, la rétraction est mieux acceptée.

 

On recommence à un niveau de rétraction indolore et asymptomatique.

Rep IncD x10 : « fatigue au niveau du cou »

Rep IncD x10 : P DFA cervical, Mbre Sup OK

Avec la surpression praticien, on arrive en fin d’amplitude, x10 : idem.

On ne peut toujours pas enlever le coussin.

 

Rep. RotD en décharge sur coussin x10 , x10 : PM

Rep RotD surpression patient x10 : PM

 

DV, posture appui sur les coudes, menton sur doigts : périphérise

 

Retour Assis : Dl Tpze, 0 fourmis,

Ext : PM, Ret : dl immédiate.

Rep Flex. : SE

Essai de la posture plusieurs minutes en DD sur petit coussin triangulaire en essayant de diminuer la hauteur du coussin progressivement : PM

 

Est-on face à un dérangement irréductible?

Plan de traitement :

On peut tenter quelques séances de tractions cervicales dans l'axe en DD, en légère flexion, avant ded retester les mouvements répétes.

Suivi :

Après 3 séances de tractions dans l'axe, l’état des Gabriel est stationnaire.

Son spécialiste l'envoie refaire une IRM pour voir l'évolution mais ne parle pas de chirurgie parce que Gabriel parle toujours d'une" très légère amélioration".
Il est toujours en arrêt de travail et a promis de donner les résultats de son prochain examen.

 


Joëlle B.

Résumé :

cf bilan initial ci-dessus.

Aujourd’hui :

Un mois après la prise en charge, EVA 2-3/10.

Les postures sur les coudes vont de plus en plus loin en extension (coudes sur botins), P lbr / Aboli cuisse.

Fait des extensions debout contre un meuble.

La cruralgie apparaît seulement dans certaines positions :

Debout statique (vaisselle): P à partir de 2’, 3’

Position assise difficile.

Marche toujours difficile (15 à20’): P cuisse.

EMG : OK

On a un palier, les EEP sont impossibles, comment progresser ?

Tests :

Flexion : peu limitée, dl au retour

Extension: peu limitée, dl=0

GLD : limité, DFA

GLG : OK

Discussion clinique:

Les mouvements répétés en DV sont impossibles pour cette patiente. Doit-on introduire un traitement en latéral ou progresser dans l'axe ?

 

La posture en extension, en fin d'amplitude expose une composante latérale au bout de 2 ou 3 minutes.

 

On posture Joëlle en EEP, 2' : fourmillement cuisse G.

On a donc une composante latérale.

Glissement latéral G en charge : P/E

Posture en DV bassin décalé à Dte : périphérise

Rotations en DD :

x 10, genoux à G : Mieux

x 10, dl=0

x 10 : dl=0

 

Retour debout :

Flexion : pas de dl pendant le mouvement

Ext : dl=0

GLD : moins limité, DFA

Plan de traitement :

On conseille un traitement en rotations en DD, et un retour dans le plan sagittal dès que possible.

Suivi :

Les Rot en DD à la maison produisaient une périphérisation dans la cuisse. Joëlle n’a pas vraiment réussi à faire cette technique seule chez elle.
Elle a repris la posture en sphinx, qui la soulageait partiellement. Au bout de quelques semaines on constate une amélioration. Les marqueurs qui produisaient la douleur : posture en procubitus avec table relevée, et GLD sont négatifs.
Au final, les postures prolongées sur les coudes la soulagent. Elle peut rester assise une journée complète sans douleur (bridge) avec cependant un bon calage lombaire. En revanche la marche ainsi que la posture statique debout ont tendance à déclencher toujours un peu la cruralgie.
Les mobilisations en procubitus semblent la soulager, elle ressent une amélioration après la séance, en particulier à la marche.

 

 

 

 

 

APMK-clinique

précédent

 

 

 

APMK-clinique

suivant