Association de Praticiens

de la méthode McKenzie

APMK-clinique du 16 juin 2010

à Poitiers (86) : 

 

 

Examen et suivi des cas cliniques:

 

Mr Bruno L.

Maçon, 40 ans, douleur subite au réveil du cou au petit doigt gauche qui a persisté une semaine. Suite à un traitement anti-inflammatoire, il persiste une douleur (5/10) à la pointe de la scapula gauche.

Au scanner : hernie foraminale G C5-C6.

Posture:

assis avachi, douleur pointe scapula,

assis corrigé, douleur abolie.

Perte de mouvement:

pro: nul, 0 dl                   inc lat D : nul, 0 dl

fle : mod, dl                    inc lat G : nul, 0 dl

rét : maj, dl                    rot D : mineure, 0 dl

ext : maj, dl++               rot G : mineure, 0 dl

les marqueurs seront les mvts de flexion et de rétraction.

Tests et traitement:

La répétition de rétractions en position assise reste sans effet.

La répétition d'inc. lat G par le patient augmente l'amplitude de la flexion, produit la dl plus tard en rétraction.

Avec augmentation des forces par le thérapeute, dl produite en fin de mvt, rétraction mieux, mais le mieux n'est que partiel.

Suite du ttt en décharge:

en commençant par la rétraction, tête sur la table:

au début du mvt : OK, on va de + en + loin.

en fin d'amplitude : dl +++, puis 2/10.

ret. répétées par le patient, OK si amplitude modérée.

Retour assis : rétraction idem.

Ttt en décharge, tête en dehors de la table:

rétraction passive avec traction du praticien : mieux.

Retour assis : rétraction amplitude mieux, dl mieux

                     flexion OK

Conseils d'auto-traitement:

Inc. lat. G assis

Rétraction en décharge dans un premier temps

puis rétraction et extension.

Correction de la position assise.

 

Suivi:

A la suite de la consultation du 16/06 Bruno L. a effectué les exercices en décharge pendant 2 jours puis est passé à la rétraction en position assise pour arriver à la rétraction extension en 2 ou 3 jours supplémentaires.
Son état s'est dégradé à la reprise du travail après 3 jours de port de charges et de "brouettage". Il a donc recommencé un travail en latéroflexion puis rétraction en décharge pour revenir à la rétraction-extension en 2 ou 3 jours.

Son état s'est nettement amélioré: douleur à 0, amplitudes normales.
Il a repris chez lui une bonne activité de bricolage costaud.
Arrêt des séances.
Reprise du travail en août.

 

 


 

 

Mr Patrick B.

56 ans, contrôleur de pièces aéronautiques (au travail, 5h/jour debout, 3h assis), en arrêt maladie depuis 3 semaines, reprend le travail.

Douleur lombaire droite survenue en jardinant, irradiant jusqu'au gros orteil droit au bout de trois jours, a été de 6/10, est en train de s'améliorer.

Empiré par: se lever, matin, soir, Dec-Lat G

Mieux en mouvement, marche un peu, Dec-Lat dt genou fléchi.

Scanner: RAS,  ttt: corticoïdes+AINS+antalgiques.

Posture:

assis bord de table, avachi, pas de douleur.

assis corrigé, dl fesse droite.

Examen neuro:

déficit sensitif gros orteil.

Perte de mouvement:

minime en flexion, dl lors de la remontée,

modérée en extension, dl trochanter et mollet droits

glissements non douloureux.

Tests et traitement:

Avant les tests, dl: 2-3 fesse droite.

Rep flex dbt: empire dl fesse et mollet

Rep ext dbt: empire dl mollet +, dl fesse un peu

Procub: dl fesse 0/10, mollet 3/10

Sphinx: mollet 3/10 + genou

EEP: empire dl fesse, mollet sans effet

Rep EEP: (x5) dl fesse et mollet empirées

              (x5) idem, retour Procub. : un peu mieux

              (x5) idem, retour Procub. : empiré

Retour debout: dl fesse et mollet empirées

                       Ext: dl fesse = 7-8

Gliss. lat D : dl mollet

Gliss. lat G : dl mieux

Rep Glat G (x5) : dl = 2-3 centralise, ext: ampl. +

Rep Glat G (x5) : dl = 2-3 centralise, ext: ampl. ++

Gliss. lat G + Ext: augmenté/empiré.

Conseils d'auto-traitement:

Glissement latéral gauche contre le mur.

 

Suivi:

Après un travail régulier en latéralité, les exercices en extension-latéralité combinées provoquant une périphérisation, nous sommes passés en flexion-latéralité et en 3 séances le problème s’est solutionné.

 


 

 

Mlle Charlène X.

21 ans, droitière, esthéticienne en SPA, debout 7h30 / jour, 15' de voiture / jour, arrêt de travail depuis une semaine.

Dl de l'occiput aux 4éme et 5éme doigts de la main droite, depuis trois mois, sans raison apparente, mini:4/10, maxi:7-8/10.

La douleur diminue depuis l'arrêt de travail.

Dl initialement cervicale, a atteint les doigts en un mois.

Syndromes constants: fourmillements avant-bras et doigts.

Empiré par le mouvement et le soir,

Mieux par l'immobilité du bras, et le matin.

Sommeil perturbé.

A souffert des contractures dorsales fin 2009.

Ttt: Rivotril, Lamaline

Rx: RAS,

EMG: atteinte du nerf ulnaire dans la gouttière olécranienne.

Examen neuro:

Diminution de la force du biceps droit,

au niveau sensitif: OK

nerf ulnaire un peu plus douloureux à droite.

Perte de mouvement:

pro: nul, 0 dl              inc lat D : nul, dl cerv. G

fle : nul, dl tpze dt      inc lat G : nul, dl tpze dt +

rét : nul, dl cerv. dt     rot D : nul, dl fin d'ampli.

ext : nul, 0 dl              rot G : nul, 0 dl

Tests et traitement:

Rep Ret.: cou mieux, bras SE.

Rep Inc.Lat D: Tpze dt mieux, bras SE.

Tous les autres mouvements sont sans effet.

Test de fermeture des foramens:

Ret. + Rot. D + Inc.Lat D + Ext. = pas empiré

Il n'y a pas de sténose foraminale.

Inc. Lat. D mieux, Ret. mieux, mais Ext. empiré.

DDorsal:

fourmillement dans la main, dl avant-bras = 5/10

Ret.: SE

Ret. tête en dehors de la table: SE

Ret. + Ext : Tpze OK, bras SE

Retour assis:

Rot. D : SE     Incl. D : mieux         Ext. : SE

Rot. G : SE     Incl. G : dl tpze dt    Fle. : SE

Test d'étirement du nerf ulnaire positif (produit dl)

Conclusion:

La douleur du trapèze serait mécanique (petit dérangement cervical).

La douleur de l'avant-bras serait provoquée par une adhérence du nerf ulnaire au niveau de la gouttière olécranienne.

La technique McKenzie ne semble pas adaptée pour cette patiente.

 

Suivi:

Le traitement (kinésithérapique) a consisté en une mise au repos (AT et écharpe), massage, US, mobilisation du nerf ulnaire, contraction et relâchement des muscles concernés, cryothérapie.

Cela a soulagé de 3/4 les symptômes pendant 1 semaine (super) puis c'est revenu comme avant (zut et très curieux). J'ai arrêté les séances à la 15eme car sans effet.

Depuis elle a passée scanner et IRM qui non rien donné (mais ils n'ont pas photographié le coude). Aujourd'hui elle attend avec les mêmes douleurs voire pire car elle a repris le travail.

 

Cela semblerait être une compression nerveuse ulnaire au niveau du coude qui mériterait infiltration ou chirurgie.

 

 

 

APMK-clinique

suivant